AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [humain] Marquis de Carabas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Age du personnage : 23
Deutschmarks : 29555

Feuille de personnage
Réputation:
7/100  (7/100)

MessageSujet: [humain] Marquis de Carabas   Lun 26 Juil - 0:34

† Autre †


Personnage créé pour le forum... Le Marquis de Carabas est tiré de Paris 68.

Origine de votre avatar Image récupérée de Kero's Kingdom [Akane Tachibana, dans I'll par Asada Hiroyuki] (http://keroskingdom.free.fr/avatars/gars5.htm).

Votre disponibilité sur le forum Tout le temps.

Évolution envisagée Jeune orphelin, le jeune Keroub (alias Marquis de Carabas) va chercher à se faire un nom et une réputation dans le « Paris d'en-bas » comme mercenaire, louant ses services à qui à besoin et qui veut.

Liens éventuels de votre personnage Aucun pour le moment.



† Identité †


Nom Thalmann
Prénom Keroub
Connu sous le nom de Marquis de Carabas

Date de naissance 2 janvier 1929 [15 ans]
Origines Franco-allemande

Parti Habitant

Métier ou Statut Mercenaire.



† Ce Qu'Il Faut Savoir †


Malgré ses 15 ans, Keroub faisait un petit plus vieux. Sûrement dû à sa grande taille (1m78) et ses traits tiré par la fatigue et le passé difficile qu'il trainait. Il avait une silhouette élancée qui était marqué par son poids (63kg). Un sourire naissant lui donnait cet air espiègle et effronté que les femmes adoraient, le comparant à la grâce d'un Pâris. Sa tignasse courte et coiffée en pétard ajoutait au personnage sa nonchalance et son côté jeune rebelle. En parlant vêtement, le gamin était plutôt dans le style « enfant des rues », souvent en couleurs foncées. Il avait récupéré un manteau noir en cuir qui lui descendait jusqu'en dessous du genou, usé, auquel il avait ajouté des poches un peu partout pour y glisser tout ce qu'il trouvait. On pouvait également apercevoir quelques breloques à ses doigts et surtout à son cou (des amulettes, des porte-bonheurs, des souvenirs... Qui sait ?).

Keroub disparaissait sous les traits du Marquis de Carabas. Ce « mercenaire » était rusé, amusé et pragmatique. Il avait une façon bien à lui de voir la vie, le bien et le mal, le besoin et la nécessité. Il était indépendant, solitaire et égoïste. Le marquis était ambitieux également : il cherchait à travailler avec tout le monde, en restant au service de lui-même. Mais ce n'était qu'un gamin et certaines choses pouvaient être difficiles à faire, à vivre, à aimer ; ce qu'il faut comprendre, c'est qu'il s'était fixé une ligne de conduite ainsi qu'une façon d'être idéale. Le Marquis de Carabas se devra de coller le plus à cet état d'esprit... ainsi qu'à une galanterie et à une audace sans faille.



† Miroirs Et Fumées †


En sortant de ce petit bar insalubre, les mains dans les poches et le sourire aux lèvres, vous vous dites que vous n'avez pas perdu votre journée. Les trois rigolos que vous venez de plumer au poker n'avaient rien vu venir. Une main en or, et la chance à tous les tours.
Paris s'endormait, monstre aux milles visages, et vous preniez votre temps pour humer l'air frais d'un hiver mordant. Remontant un peu mieux votre col, vous sentez une main dans votre poche et une tête brune filer à tout allure pour tourner au coin de la rue. Votre sang ne fait qu'un tour et vous vous lancez à la poursuite de ce petit démon qui venait de vous tirer la bourse des trois lurons.

De dos, vous ne voyez qu'une petite tête qui remue de droite à gauche engoncé dans un long manteau noir. Au vu du gabarit et de l'allure de course, vous sentez que vous avez à faire à un gamin. Vous le rattrapez lentement, mais sûrement. Ce n'est plus qu'une question de minutes maintenant. Au coin d'une rue, il tourne et disparaît de votre champs de vision.
Vous lisez « impasse.... » sur le mur et un sourire nait sur votre visage. Votre visage qui disparaît sous la neige quand vous sentez que votre pied bute sur quelque chose et qu'une douleur se diffuse dans votre ventre. Des rires vous entourent, étrangement familiers. Vous vous redressez, sur les genoux, pour reconnaître les trois pouilleux que vous aviez dépouillé dix minutes plus tôt. Vous avez la nausée, le gars de droite vous présente une rangée de dents rongées et jaunes en vous saisissant par le col et vous trainant plus loin dans l'impasse.

- « Fallait pas jouer à ça, mon mignon. Pas avec nous. » Rires.

- « Mais regardez qui voilà ! Notre ami joueur ! Quelle bonne surprise... » Le ton était mordant et grinçant.

Vous essayez de discerner l'homme qui vous parle. Et à côté de lui, le mioche que vous poursuiviez.

- « Voilà ton gars, file-moi mon fric. » La voix était douce mais ferme et vous comprendez que vous vous êtes fait rouler par cet enfant des rues.

- « Bien joué, gamin ! J'sais pas comment tu... » La lame avait tranché l'air jusqu'à la gorge du chef. Vous n'avez rien vu. Cet enfant n'était pas un enfant ordinaire, vous le sentiez. Quelque chose de dangereux et d'impressionnant émanait de lui.

- « Cela te plairait qu'un gamin te tranche la gorge, à toi et à tes copains ? N'oublie jamais qui je suis. N'oublie jamais pourquoi l'on me paye. » Il avait déjà rangé son couteau. Pendant un instant, vous aviez pensé vous en sortir mais quand la liasse de billets changea de main, vous saviez que votre compte était bon.
Et alors que les trois brutes s'avançaient vers vous, la silhouette du gamin disparaissait dans la nuit.

- « Salut Marquis ! Un plaisir de traiter avec vous ! »

Marquis... marquis... Et au moment où vous sentez la vie quitter votre corps, vous comprenez...
Le Marquis de Carabas...



† Anamnèse †


La Rumeur

La famille Thalmann était la représentation parfaite de la guerre franco-allemande. Une française qui épousait un allemand, prenant son nom et lui offrant ses affaires à Paris. Des luttes intestines, le côté allemand tuant la résistance de certains du côté français n'acceptant pas ce genre d'alliance. Une rumeur circule sur les affaires de la famille : comme quoi Thalmann aurait offert une aide précieuse concernant les déportations juives et tziganes ainsi que sur des sujets scientifiques plus « particuliers ».

Certains prétendent qu'avant de se faire fusiller, la bande de Mache-mou (alias Cicéron Albis) _un groupuscule de wilds impurs qui avait rejoins une faction résistance humaine ayant pris d'assaut le manoir des Thalmanns_ aurait parlé d'un certain Marquis de Carabas. Un drôle de gamin qui vendrait ses services aux plus offrants et qui impressionnait par son sang-froid et sa détermination malgré son jeune âge.

D'autres oseraient même jusqu'à supposer que le jeune Keroub Thalmann n'aurait pas été tué avec le reste de sa famille pendant cette attaque. Mais cela reste des propos de soulards qui se perdent sans échos dans les bouges les plus mal famés de Paris. Pendant la cérémonie mortuaire, il y avait bien cinq cercueils pour les cinq membres de la famille Thalmann. Beaucoup de dignitaires allemands étaient présents, en mémoire de leur dévotion au Reich.


La Naissance d'Une Légende...
Jugé "Correct" par l'Admin : D BRAVO

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/metsoda
Oh my God, I mean, oh Myself !

avatar

Deutschmarks : 29748

MessageSujet: Re: [humain] Marquis de Carabas   Mer 4 Aoû - 22:50

Voilà, voilà, ce fut long, mais comme on dit, vieux motard que jamais !

Bref, je laisse là les calembours bidon, et je te valide ; )
Bon jeu l'ami, et n'égorge pas trop de gens, quand même...!


___________________________________



I is the bestest
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://paris-44.forumactif.com
 

[humain] Marquis de Carabas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Paris 44 :: Hotel de Ville :: 
Présentation des personnages
 :: 
Fiches validées
 :: Humains
-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit